LISTE DES OUVRAGES MES OUVRAGES SUR LE WEB


LES TITRES

Aspects psychosociaux de Carl Gustav Jung

Contes de marée haute

Nicanor I : réflexions 1934-1978

Réponses aux questions




OUVRAGES À PARAÎTRE

Nicanor II : réflexions 1978-2010


Je suis née en Argentine et de nationalité franco-argentine, j'ai vécu dans les deux pays. J'honore, avec « Nicanor », la première période de ma vie en Amérique et je suis en train d'écrire « Nicanor II, 1978-2010 », pour honorer mon expérience européenne. Je suis docteur en psychologie clinique et sociale, sociologue et écrivain. J'ai écrit plusieurs livres scientifiques où la littérature et la poésie se disputent le territoire avec la science. J'ai eu toujours en moi, latente, secrète, la veine de l'écrivain. Maintenant, dans ma maturité, je me décide à ouvrir et laisser épanouir ma vocation d'écrivain. Aujourd'hui, je vais rendre mon deuxième livre aux lecteurs, le premier a été « Contes de Marée Haute ».

Dans « Le Romancier et ses personnages », Mauriac a fait sienne l'observation fréquemment faite à Balzac par ses critiques à savoir que ce sont les personnages secondaires les moins déformés par l'imaginaire de l'écrivain : « Les personnages de second plan sont ceux qui ont été pris directement de la vie. Je peux établir comme règle que, dans une description, ce sont les personnages les moins importants qui semblent être les plus fidèles à la réalité. »

Peut-être est-ce le cas de Laura, mon interlocutrice, laquelle curieusement, n'a pas de patronyme.

Sur la plage, à Miramar, face à un Océan Atlantique déchaîné, Laura ferme les yeux pour revivre, instant par instant, les faits et les sentiments vécus dans sa tumultueuse jeunesse. La protagoniste que je suis ne fait que l'accompagner et l'encadrer dans la chronologie de nos temps partagés, même dans la distance.

Laura cherche en vain à se perdre une autre fois. C'est une histoire parfois d'amour, mais toujours de fureur et d'angoisse qui se développe en Argentine et dans d'autres pays entre 1934 et 1978.

Toute explication est dans le texte même et toute la lumière est dans les mots et les images qui les soutiennent.

Ce livre violent, métaphorique, riche d'un romantisme parfois provincial et secret, mais profondément argentin, m'a donné beaucoup de paix et le sentiment d'avoir payé une dette.

Ecrit à Paris, le 16 octobre 2009 et il fait froid.